Conseil municipal 15 novembre 2021. Orientations budgétaires. Intervention de Bruno Nottin

Le dernier budget du quinquennat du gouvernement porte, comme les précédents, la signature du président des riches. En 2022, la baisse des impôts se poursuivra, pour le plus grand profit des premiers de cordée : 5 milliards avec le dégrèvement de la taxe d’habitation pour les plus aisés, 3 milliards pour les grandes entreprises avec la baisse à 25 % du taux supérieur de l’impôt sur les sociétés. Pour les plus jeunes, pour les plus fragiles, pour les retraités ? Toujours rien. Aucune mesure de justice fiscale ou de solidarité, en dépit d’une crise qui a aggravé les inégalités. Notre pays, l’un des plus riches du monde, recense désormais une personne sur cinq en situation de pauvreté, selon une étude de l’Insee, publiée le 1er septembre 2021. Le pouvoir d’achat des Français s’effondre, laminé par les hausses successives des prix de l’énergie, des produits alimentaires, des carburants, des mutuelles et de tant d’autres biens de première nécessité. Et pendant ce temps-là, les actionnaires du CAC 40 engrangent sans vergogne des milliards de dividendes, le patrimoine des 500 plus grandes fortunes s’envole de 30 % en un an, tandis que le ruissellement tant promis fait figure de conte pour enfants, comme vient de le démontrer le récent rapport de France Stratégie. Un gouvernement qui reste dogmatique en refusant de contrôler l’utilité réelle des aides aux entreprises  mais qui fait par ailleurs preuve d’un soutien insuffisant envers les collectivités territoriales. L’argent manque pour les collectivités, et l’État n’a pas compensé toutes les dépenses supplémentaires liées à la crise sanitaire. La baisse de la dotation globale de fonctionnement pour notre ville en 2022 en est une illustration.

Voilà le bilan accablant d’une politique budgétaire entièrement dédiée aux nantis et aux multinationales.

Les conséquences de la crise sanitaire, économique et sociale se font encore plus durement ressentir dans notre ville qui est la plus pauvre du département et où le taux de pauvreté dépasse les 33 %. Vos orientations budgétaires 2022 sont dans la continuité de la politique de prestige qui est la vôtre depuis 2001. Une politique qui préfère la carte postale et  l’image extérieure de la ville plutôt que la réponse aux besoins des Montargois. Ces orientations budgétaires ne répondent en aucune façon à l’urgence sociale actuelle, urgence aggravée par la crise sanitaire. Des orientations budgétaires que l’on pourrait résumer en une formule : on achète une péniche et on vend une école !

Concernant les investissements, la gabegie financière dans des opérations de prestige ravage les finances de la ville alors que les réalisations utiles sont rabotées, ignorées ou différées. C’est la valse des millions qui continue, Montargis grand luxe, Montargis paillettes. 

Le déséquilibre entre les dépenses dans l’hyper centre ville par rapport au reste de la ville est une fois de plus très net.

Ainsi la passerelle qui va éventrer la Pêcherie voit-elle  son coût exploser de plus de 21 % et + 277 000 euros par rapport aux estimations de 2021. Un vrai gouffre !! La voilà maintenant estimée à 1 300 000 euros, soit l’équivalent de quatre ans et demi de recettes de votre scandaleuse et antidémocratique taxe sur l’électricité !!

Pareil pour les travaux du boulevard des belles manières et de la place de la république : estimés au départ à 1 100 000 euros pour 2021, ils ont été en réalité de 1 374 000, soit 274 000  de plus que prévu. En un an, les dépenses prévues de 2019 à 2023 sur ce chantier sont passées de

4 829 000 à 5 129 600, soit une hausse de plus de 300 000 euros ! Là aussi il s’agit d’un véritable puits sans fond pour un chantier dont le côté prioritaire est loin de sauter aux yeux….

Et il y aussi des dépenses qui devraient être prioritaires mais sont reportées suite à des arbitrages contestables

Il y a tout d’abord les travaux de sécurisation des ponts rue Laforge prévus au départ à hauteur de 690 000 euros sur 2019 et 2020, mais dont une grande  partie (460 000 euros ) ne sera réalisée qu’en 2022 car il fallait débloquer en urgence de l’argent pour acheter votre nouvelle lubie, à savoir votre péniche à 310 000 euros !  Les ponts pourront bien attendre un an de plus, l’essentiel selon vous c’est la péniche !!

Le même triste sort a été réservé aux dépenses concernant le développement et la modernisation de l’équipement numérique dans les écoles : en effet, les 185 000 euros ne seront pas dépensés en 2021 au motif selon vous d’une subvention du rectorat plus faible que prévue. Faut-t-il vous rappeler que vous avez acheté votre péniche sans avoir aucune certitude sur la moindre subvention accordée par l’État ou les autres collectivités et que visiblement ça ne vous a pas posé problème ? Développer et moderniser l’informatique et le numérique dans les écoles montargoises nous semble pourtant bien plus utile que l’achat d’une péniche…Encore un an de perdu pour le développement de l’informatique dans les écoles montargoises…

Quant aux travaux sur la voirie, les dépenses prévues de  100 000 euros/an chaque année jusqu’en 2024 sont ridicules vu l’état de délabrement des trottoirs et des routes dans quasiment toute la ville et notamment les quartiers populaires. Alors que de nombreux montargois se plaignent des nombreux trous et autres nids de poules, le budget que vous projetez de consacrer à la voirie financera au mieux la réfection de trottoirs dans une rue…Visiblement ce n’est pas non plus votre priorité. Mais les montargois peuvent être rassurés, ils auront droit à des nouveaux pavés très chers dans l’hyper centre, pavés à plusieurs millions d’euros…

Le résultat de toute cette gabegie financière et de ces millions jetés par les fenêtres, c’est la détérioration de la situation financière de notre ville.

Tout d’abord,le rapport entre la dette et la capacité d’autofinancement s’est singulièrement dégradée,  la durée nécessaire pour le remboursement de la dette passant de 6,93 ans à 10,57 en 2021, ce qui nous place de plus en plus près du plafond acceptable de 12  ans fixé par la loi de programmation des finances publiques. 

Quant à la capacité d’autofinancement nette de la ville, elle est carrément passée dans le rouge en 2021 avec un solde négatif de près de 40 000 euros, bien loin des 30 000 euros de positif estimés l’an dernier ( ça fait quand même une différence de 70 000 euros!!), ce qui n’était déjà pourtant guère rassurant.  Un tel écart entre les projections et la réalité rend ainsi peu crédible les projections pour les années à venir.  Et les prévisions optimistes concernant toujours cette même capacité d’autofinancement nette se font sur la base d’économies toujours plus importantes réalisées sur les dépenses de fonctionnement de la ville, c’est à dire sur les dépenses utiles pour faire fonctionner les services, les dépenses utiles au quotidien pour les Montargois.

L’encours de la dette, c’est à dire son montant total, va même augmenter en 2022 en repassant le cap des 20 millions d’euros.

Les charges financières vont rester très élevées en 2022 à plus de 300 000 euros.

Les charges d’exception, liées à la gestion privée des piscines confiée à Recréa continue à plomber également les finances de la ville à 1 043 468 euros prévus en 2022. Et chaque année ça va continuer d’augmenter. Décidément, on a bien du mal à voir l’intérêt de confier la gestion de nos piscines au privé…

Vos investissements somptuaires dans des projets de luxe, financés en bonne partie par des emprunts (il y en aura encore un nouveau de 1,5 millions en 2022 ), auront mécaniquement pour conséquence d’augmenter les dépenses de fonctionnement l’an prochain. Car il faut bien rappeler que toute dépense d’investissement financée par de l’emprunt entraîne une augmentation des frais financiers à payer aux banques.

Par contre, s’il y a bien un secteur où il ne risque pas d’y avoir d’augmentation, c’est celui des agents municipaux..

La diminution des effectifs de titulaires est constante depuis 2015 alors que le nombre de contractuels explose au point de représenter 35,7 % des effectifs municipaux. Le nombre de contractuels de droit public est passé de 45 à 112 entre 2015 et 2021 : ils ont été multipliés par 2,5 !! Vous contournez et affaiblissez ainsi le statut de la fonction publique territoriale que vous ne cessez de critiquer. Depuis 2001, date à laquelle vous gérez cette ville, 59 emplois de titulaires ont été supprimés en mairie, soit près de 20% des effectifs ! Et 25 postes de titulaires ont été supprimés depuis 2015, ce qui démontre que ce processus de destruction d’emplois titulaires s’accélère ces dernières années. Le personnel municipal est devenu une variable d’ajustement. dans les dépenses de fonctionnement de la ville.

Les heures supplémentaires ont explosé entre 2015 et 2019, comme par hasard au moment où la baisse des postes de titulaires s’est accélérée au profit des contractuels… Cela démontre une bien mauvaise gestion du personnel : moins de titulaires, explosion des postes de contractuels et une précarité qui se développe. Comment s’étonner de la colère du personnel de mairie avec la grève de mardi dernier avec près d’un agent de la ville/5 qui était présent à la manifestation en mairie ? Du jamais vu depuis plus de 15 ans ! Et c’est d’autant plus remarquable que vous gérez le personnel de façon très autoritaire et méprisante en faisant régner la menace et la peur.

Notre ville a besoin de solidarité, de fraternité, de justice, d’espoir. Il faut redonner vie à ses quartiers, avoir une politique municipale volontariste qui défende le service public et réponde au maximum aux besoins concrets du quotidien. C’est cela qui est moderne. Mais vos orientations budgétaires vont à l’inverse de ce qu’il faudrait faire. Il va falloir changer de politique si l’on veut redonner de l’espoir et de l’envie d’avancer ensemble vers le progrès social et démocratique dans notre ville.    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s